Quand les réseaux sociaux médicaux sont utilisés par l’industrie pharmaceutique

Le premier réseau social américain dénommé Sermo, œuvrant dans le secteur de la santé, est dédié aux médecins et patients. C’est l’une des start-up pionnier dans ce domaine. L’industrie pharmaceutique est également intéressée par ce moyen de communication sociale. Ils leur permettent d’entrer en contact avec leur cible.

Exploiter à des fins de campagnes promotionnelles et sondages

Ce genre de réseaux sociaux verticaux n’atteint pas la masse suffisante pour enregistrer plus de volumes publicitaires. Alors pour tirer profit de l’existence de la communauté de praticiens, l’industrie pharmaceutique monétise leur start-up. C’est sur leur plateforme que les laboratoires interagissent avec les médecins, créent une page, ajoutent du contenu et font la promotion de leurs produits. Le réseau social, Sermo, est aussi un outil efficace pour les sociétés pharmaceutiques en vue de mener des enquêtes auprès de sa communauté.

Une plateforme mettant en contact médecins spécialistes et recruteurs

Sermo est devenu un modèle que des réseaux sociaux plus exclusifs et surtout plus qualitatifs ont été créés partout dans le monde. C’est le cas de Doximity, une start-up fondée aux États-Unis, qui donne l’occasion aux recruteurs en quête de profils précis de contacter directement les membres de son réseau. Plus de 300 cliniques et hôpitaux travaillent en étroite collaboration avec Doximity. En France, Santé Connect est un réseau lancé en 2015. Les médecins et pharmaciens apportent un service aux lecteurs membres de cette plateforme. Ce réseau, gratuit et sans publicité, est une opportunité pour faire découvrir leur marque à une cible composée de jeunes.

Séduire les étudiants en médecine

Fondé en mars 2015, le dernier arrivant sur le secteur nommé HeyDoctor s’adresse à tous les professionnels de santé. La start-up gratuite vend des espaces destinés aux publicités à des laboratoires et des annales et des QCM aux étudiants en médecine. Des sites conçus pour les patients voient également le jour aux États-Unis. C’est le cas de PatientsLikeMe qui dispose d’outils réservés aux patients. Les malades peuvent comparer leurs symptômes et leurs traitements, mais surtout ils ont la possibilité d’enregistrer leurs données médicales. Cette start-up réunit ces informations, les traite et vend des études aux assureurs, à l’industrie pharmaceutique ou aux fabricants d’équipements médicaux…

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés