Défaillances d’entreprises françaises en 2013 : proche du record de 2009

Crédit photo : FreeDigitalPhotos.net/jscreationzs

Crédit photo : FreeDigitalPhotos.net/jscreationzs

Les derniers chiffres publiés révèlent le désastre de 2013 au regard du nombre total de défaillances d’entreprises, y compris de société avec un chiffre d’affaires supérieur à 1 000 000 d’euros. Un niveau que les experts qualifient d’historiquement élevé.

Une situation inquiétante relevée par la Banque de France

Comme chaque année, la Banque de France a publié début janvier 2014 les statistiques établies fin 2013 sur les faillites enregistrées en France pendant une année. En novembre, celles-ci s’élevaient en cumulé à presque 62 700 soit une hausse de 3,7 % par rapport à 2012. D’après cette étude, seules les activités liées à l’assurance et à la finance, le transport et le stockage/entreposage ou encore la communication et l’information ont été épargnées par ces défaillances. L’indice de défaillance des entreprises a grimpé à 115 points en octobre 2013 quasiment au même niveau que celui enregistré en décembre 2009, au plus fort de la crise.

Un phénomène mondial de défaillances important pour Euler Hermes

Numéro un de l’assurance, la société Euler Hermes confirme en ce mois de janvier 2014 les mauvaises performances économiques mondiales annoncées dès la fin de l’année dernière à savoir un volume historiquement élevé des faillites. L’augmentation du niveau global des faillites cache cependant deux tendances : une hausse en Europe (Ouest : + 9 %, Centrale et Est : + 6%) ou en Amérique Latine (+ 10 %) et, en parallèle, une baisse en Amérique du Nord (-11%) et dans la région Asie-Pacifique (-4%). D’après l’assureur, 2013 a enregistré la défaillance de plus de 62 100 entreprises françaises dont 4 880 poids lourds de l’économie française ayant un CA supérieur à 1 000 000 Euros. Le leader de l’assurance prévoit une inflexion de cette tendance haussière (-1%) en 2014 accompagnée cependant d’une augmentation du volume des défaillances, ce qui engendrerait une baisse de 0,22 du PIB et la perte de plus de 150 000 emplois. Selon Euler Hermes, pour contrecarrer cette évolution, la croissance du PIB français devrait être supérieure à +1% en 2014, ce qui n’est actuellement pas envisagé par les experts.

Le scénario prévisionnel de Coface

Pour la société d’assurance-crédit Coface dont la conférence sur les risques des pays s’est tenue le 21 janvier 2014 au CNIT à Paris, les risques se sont stabilisés en France dont la croissance devrait se situer entre 0,6 et 1% pour 2014 (0,1% en 2013). Pendant le deuxième semestre, Coface a noté une diminution des défaillances des grandes sociétés, signe d’un retour à une situation « plus usuelle », les faillites touchant sur cette période plutôt des PME même si, au final, le record de 2009 a été quasiment atteint avec presque 62 800 entreprises en faillite. Pour améliorer cette situation, le taux de croissance devrait atteindre +1,6 %, ce qui n’est pas envisageable sans réduction des coûts et augmentation des marges des entreprises fragiles face à la demande interne et ses fluctuations. Au vu de ces éléments, Coface envisage 62 000 faillites en 2014 avec des secteurs très risqués comme la construction, le textile ou la distribution.

Comme on le voit les prévisions pour la France restent très moroses comparativement à certains pays européens qui devraient connaître une amélioration avec des taux de croissance de + 1,7 % comme l’Allemagne, l’Autriche ou encore l’Irlande et à des pays émergents comme la Colombie, le Pérou et les Philippines qui devraient afficher une croissance stable de 4 à 6 %.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés